Accueil > Actualité > 2023 > Restriction d’eau sur le port

Restriction d’eau sur le port

} 20 novembre 2023

Compte Rendu de la réunion en mairie d’Argelès le 17 Novembre 2023

rédaction : Michel Gaillard, Isabelle Rogge

Présents:

M Fabrice Rallo , directeur de cabinet du Maire d’Argelès

Mme Isabelle Rogge, Présidente de L’APAR

M. Pascal Lefebvre, APAR

M. Paul Henri Jean Jean, directeur du port d’Argelès

M. Michel Gaillard, Vice Président YCAR

le contexte :

A la demande de M Fabrice Rallo, directeur de cabinet du Maire d’ Argelès, suite aux relais d’informations assurés par la présidente de l’APAR le 10 et 11/11 auprès du directeur de Port concernant les restrictions d’eau.

Cette réunion a été inscrite de manière urgente suite aux dérogations accordées à quatre ports des Pyrénées Orientales (Canet, Barcarès, Sainte Marie, Saint Cyprien) par la DDTM ayant pour effet d’assouplir la réglementation encadrant l’utilisation de l’eau douce sur les pontons pour hiverner les bateaux.

Pourquoi la DDTM n’a pas informé tous les ports de l’ UVPO ?

A l’annonce de cette information, il y a quelques jours, par le biais de Mme Rogge, (les dérogations sont effectives depuis le 9/11) M. Jean jean a affirmé n’avoir jamais été informé.

Il a immédiatement intercédé auprès de M. le Maire pour qu’il intervienne et fasse valoir les arguments nécessaires à la défense des intérêts des plaisanciers. La lettre du Maire d’ Argelès au Préfet a été enregistrée le 16/11/23.

Au registre des arguments prioritaires et totalement recevables,

Mme Rogge a pris le soin de rédiger en s’appuyant sur des spécialistes, un document « notre ennemi le sel », recensant les risques majeurs que les plaisanciers encourent et font encourir aujourd’hui et après plusieurs mois de restriction drastique quant à l’utilisation de l’eau douce. Il s’agit notamment du rinçage des moteurs, HB et IB (hivernage), du rinçage de l’accastillage Inox, poulies, textiles,voiles etc…

ll est déjà constaté des dommages irréversibles sur des matériels. une enquête a été réalisée auprès des adhérents de l’ APAR, les conclusions sont consultables et le document réalisé est présenté.

Il se pose bien évidemment la question de la responsabilité et de la manière dont le coût des réparations pourrait être pris en charge.(préfecture, assurances). Ce sujet doit être approfondi et devra certainement être soutenu par un collectif de plaisanciers. 

Mr Jean Jean rappelle qu’au début de la mise en place des restrictions d’eau, le port d’ Argelès a été un des seuls à faire preuve de souplesse. Il nous informe que les gendarmes sont venus à la capitainerie lui rappeler les règles de l’arrêté, une certaine souplesse lui avait été reproché.

Un deuxième créneau horaire avec plus de pression pour besoin sanitaire à ensuite été négocié à la demande des associations de plaisanciers en juillet (pétitions des plaisanciers envoyées à la DDTM).

Solutions 

M Jean Jean étudie, avec des soutiens techniques, les opportunités réalisables à court terme n’engageant pas des coûts prohibitifs et permettant de passer le cap de la crise hydrique. Les options seront sûrement l’utilisation de plusieurs sources d’eau (pluie, cours d’eau, station d’épuration etc..).

Même si toutes ces solutions semblent, à l’évidence, répondre à nos attentes et faciles à mettre en place d’un point de vue technique, logistique et financier, il faut prendre conscience que la complexité des  rouages de l’administration ne joue pas en faveur de la célérité nécessaire à l’octroi d’une réponse rapide..pour l’instant la DREAL ne donne pas d’autorisation.

Remarques (M. Gaillard)

Eu égard au fait que les infrastructures du port vont être modifiées, réparées, améliorées, il faudrait d’ores et déjà envisager des solutions solides et pérennes pour palier à ce manque d’eau qui, même s’ il présente un caractère exceptionnel, montre un tendance lourde à s’inscrire dans la durée et peut se reproduire de manière cyclique, chronique.

M. Rallo, nous remercie de l‘excellent état d’esprit qui anime cette réunion,

Actuellement, on oppose l’ agriculture, au tourisme, à la plaisance.

Donc, il faudra trouver le bon équilibre dans la gestion de l’eau.

Après ce mois d’ octobre 2023, mois le plus pluvieux de l’automne, le déficit d’eau est de 80%.

Il tient vraiment à remercier les associations de plaisanciers qui amènent les bons arguments pour que l’information soit relayées auprès des officiels.

Le courrier en préfecture a d’ailleurs appuyé sa demande sur les arguments de sécurité et sur la dégradation du matériel de sécurité.

Il souhaite instaurer des réunions prévisionnelles pour la mise en place de solutions pérennes

Il nous propose également de constituer un groupe de réflexion avec les spécialistes de l’eau de la communauté de commune afin d’étudier des solutions pour la saison 2024 et l’avenir du nouveau port, (prochain entretien mi décembre).

La suite de la réunion a été informelle et M. Jean Jean  nous a livré quelques informations sur l’avancée des projets du port :

  • les travaux commencent pour la maison de la mer
  • le rehaussement des quais hauts (en prévision de la montée des eaux) s’inscrit dans un projet « écologique et résilience », le port d’ Argelès est lauréat d’où une subvention allouée 1,5 million d’euros si les travaux sont réalisés avant 2025. Le coût total de 5 millions sera financé à 50% par la mairie + 1 million par la région.
  • La futur réfection des pontons flottants : tous les pontons flottants (sauf le G) vont être refait avec des bornes intelligentes connectées à la capitainerie, les travaux seront réalisés par tranche. (environ 700 000€).
  • Un rallongement de certains pontons sera également réalisés.

Pour information, la mairie assume les travaux de voiries, des quais hauts et la maison de la mer. Le port les travaux des pontons et des bornes.

 

Mme Rogge a, suite à l’enquête récente interne APAR, communiqué un résultat très alarmant sur l’intention de 40 % des plaisanciers de stopper leur activité. (document remis à la M Rallot).

Les raisons dominantes sont liées à une pression tarifaire injustifiée au regard de la crise que nous vivons, la réduction des services et des doutes sérieux quant aux coûts liés aux dommages causés par la restriction d’eau douce. La colère et incompréhension se sont installées suite aux pressions qui intensifient sur la plaisance dans et en dehors du port. (réglementation de la navigation, contrôles, interdictions).

Il va de soi que ce sujet est très sensible et si un effort dans le sens d’une réduction tarifaire doit être faite, seul, M; Jean jean ne peut décider. 

Les Membres représentant l’ APAR et YCAR rencontreront M.le maire le 25/11 en visite libre pour évoquer ce sujet.

De plus, Mme Rogge, a fait procéder à une analyse des comptes du port par un expert et a une liste de questions qui pourront être soumises à la DAF avant le conseil portuaire du 13 décembre 2023.

Fin des discussions, prochaine réunion dans un mois.

Pour info rappel première réunion :

https://www.yacht-club-argeles.com/restriction-eau-sur-le-port/

PARTAGER

Les derniers articles

Catégories

A lire aussi sur Ycar

La Tramontana Cup 2024 : régates et convivialité   La saison nautique a commencé ce week-end par la Tramontana-Cup , organisée par le YCPL Cette régate constituait la 2e partie...

Rando jeudi 18 avril Col de l’ouillat  Pour la rando de jeudi 18 avril ,  le Col de l’ouillat – le St Cristau aller/retour 10km,  400m de dénivelé Départ à...